Traduire cette page:
Imprimer

Depuis l'annonce de la règlementation, parue au Bulletin Officiel (note de service n° 2015-056 du 17 mars 2015), toutes les calculatrices utilisées lors des épreuves du secondaire et du Supérieur doivent être équipées du Mode Examen.

Avec cette nouvelle règlementation, le gouvernement souhaite lutter contre la triche* pendant les examens, en nette augmentation ces dernières années. À compter de la session 2018, tous les élèves qui passeront des épreuves du secondaire et du Supérieur ne pourront plus utiliser une calculatrice non équipée de cette fonctionnalité.

Ce Mode Examen, une fois activé, restreint l’accès à la mémoire utilisateur durant les épreuves. Les élèves ne peuvent donc plus accéder aux programmes enregistrés sur leur calculatrice avant les examens, sans pour autant les effacer puisqu’ils sont de nouveau accessibles intégralement dès la sortie du Mode.

Cette fonctionnalité doit être activée par le candidat au début de l'épreuve, mais uniquement à la demande du surveillant. Les élèves ne sont donc pas autorisés à le faire avant de rentrer dans la salle d'examen. Si tel est le cas, le surveillant pourra activer de nouveau le Mode Examen en retapant la séquence de touches.

Une fois le Mode Examen activé, une LED en haut de la calculatrice clignote pour confirmer son activation et cela pendant toute la durée de l’examen. La sortie du mode se fait uniquement à l’aide d’une connexion filaire avec une autre calculatrice ou un ordinateur. Tout est donc mis en œuvre pour éviter la sortie du Mode Examen pendant l’épreuve et prévenir toutes tentatives de triche.

 

* Selon le ministère de l'Education nationale, la fraude reste marginale au bac, puisqu'elle ne concernerait qu'un candidat sur 1.000 environ. Néanmoins, les chiffres ne cessent d'augmenter : les tentatives de triche avaient augmenté de presque 10% entre le bac 2013 et le bac 2014. Entre 2014 et 2015, l'augmentation est de 24% ! Soit 860 tentatives de fraude lors du bac 2015, contre 694 en 2014. Le nombre de sanctions augmente lui aussi : 464 sanctions en 2015, contre 386 en 2014.

 

 

Retour page précédente




à lire également...